Cocktail de SUPER RELOUS

Ayè on a compris le principe des SUPER RELOUS? Oui je pense, nous pouvons désormais passer à la phase II du projet SUPER RELOU inc. Nous les imaginons tour à tour dans des situations où ils sont seuls, face à un non-SUPER RELOU qui devient sa victime en quelque sorte. Mais imaginons maintenant que deux SUPER RELOUS, totalement différents, se retrouvent nez à nez dans la même pièce …

Imaginez par exemple SUPER POURQUOI et SUPER EXPERT dans la même pièce et que là viennent se greffer SUPER DEBAT et SUPER NON-NON … Alors le premier s’interroge sur tout ou presque, le second a ou croit avoir réponse à tout, dans un domaine en particulier souvent et qui constitue son unique sujet de conversation d’ailleurs, le troisième utilise chaque argument pour en faire un débat et le dernier nie et contredit systématiquement tout ce qui est dit. Cela peut donner la scène suivante : alors que la soirée bat son plein, on fête l’anniversaire de notre copine Justine, 28 ans, c’est cool tout le monde est heureux, ou bourré, ça dépend, et on voit difficilement ce qui pourrait perturber ce microcosme joyeux, cette pause dans le continuum espace-temps où même les étoiles scintillent à la vue du champagne. Oui mais voilà , dans la bande d’amis il y a toujours ceux qui trouvent que toute cette débauche est insultante pour le reste du monde qui, pendant que l’on se soule, meurt sous les bombes ou de faim; ou ceux qui tout simplement veulent faire leur intéressant ou converser de choses plus profondes que le simple joli cul du mega beau mec qui danse sur la piste. Non c’est vrai quoi, ces conversations légères et futiles sont une insulte à l’intelligence humaine dont nous a doté le grand créateur et l’on se doit de l’utiliser car la vie est courte. Et c’est d’ailleurs ce que SUPER DEBAT tente d’expliquer à SUPER NON-NON. Mais SUPER NON-NON n’en démord pas :

SN : la même conclusion pourrait etre utilisée pour démontrer tout l’inverse! c’est bien parce que la vie est courte qu’il faut éviter de trop s’emmerder avec des débats à la con et des réflexions métaphysiques

SUPER DEBAT ne peut se résoudre à cette défaite que vient de lui infliger SUPER NON-NON, alors il dégaine à nouveau

SD : tu es en train de nous expliquer qu’en fait mieux vaut être un imbécile heureux qu’un humain qui tente de faire avancer les choses c’est ça? Que l’on ne doit pas trop se servir de cette intelligence qui est un don?
SN : non non c’est pas ça que je dis
SD : penses-tu donc que la futilité est une forme de beau, une sorte d’esthétique de la vie, que finalement le futile est aussi utile que l’utile ? (hum, SUPER DEBAT s’embrouille)

Et c’est à ce moment là que SUPER POURQUOI et SUPER EXPERT débarquent, déjà en grande conversation (à sens unique) depuis quelques minutes, l’agitation intellectuelle visible de loin (et faisant fuir tout le monde d’ailleurs) les a attirés. Ils s’aprochent en douce, la coupe à la main :

SE : on a des interrogations sur le thème de l’esthétique? Ah, vaste sujet philosophique les amis. L’esthétique est une théorie qui se veut science normative, à côté de la logique et de la morale (d’après les valeurs humaines fondamentales : le vrai, le bien, le beau). Elle est donc une théorie d’un certain type de jugements de valeur qui énonce les normes générales du beau …
SP : mais pourquoi on parle de chirurgie esthétique alors? Ca n’a rien à voir avec la philo?
SD : est-il judicieux d’ailleurs d’apposer ce qualificatif aussi noble pour traiter d’une pratique bassement égocentrique … moi je pense que l’on devrait se contenter de dire chirurgie plastique
SN : non non c’est nul ton idée.. On dit comme ça on dit comme ça c’est tout pffff … n’importe quoi
SE : je vous ferais remarquer qu’il existe différents qualificatifs qui, même si ils désignent une même pratique en terme scientifique, dénotent tout de même une différence dans la « motivation » : la chirurgie réparatrice est une partie de la chirurgie plastique qui répare des organes malades, opérés ou accidentés, la chirurgie plastique vise à restaurer la forme, l’aspect ou la fonction d’un organe ou d’une partie du corps et la chirurgie esthétique ben … c’est pour les poufs qui veulent avoir les seins de pamela anderson
SN : non, mais non n’importe quoi tu peux avoir un besoin psychologique à vouloir te faire refaire les seins pfff …
SD : psychologique tu dis? N’y a-t-il pas là la preuve du conditionnement général que subissent les femmes dans nos sociétés modernes régies par un système publicitaire ….

STOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOP Vous êtes SUPER TROP RELOUS : oh eh, on fait ma fête là vous avez remarqué non??? SUPER NON-NON c’est pas le moment de dire « NON-NON » tu soules maintenant. SUPER DEBAT : t’as râté ta carrière de prof de philo, de chercheur, d’écrivain c’est ça? Ben assume ta frusration, écris, fais toi inviter chez G. Durand et lâche nous. SUPER EXPERT … tu veux prouver que t’es trop fort? C’est fait, on te le dit t’es trop fort, trop fort pour nous, allez bois du champagne, avec un peu de chance tu redescendras à notre niveau et on pourra peut être se marrer un coup. SUPER POURQUOI, écoute on t’aime bien, limite t’es le moins relou des trois mais s’il te plaît, arrête de poser des questions. Non ne répond rien s’il te plait, tu vas encore poser une question à la con je sens. Allez Justine Bon anniversaire ! Suite des aventures des SUPER RELOUS dans la même pièce dans une semaine … 😉

2 réponses
  1. Med
    Med dit :

    Et quand le SUPER POURQUOI est en même temps SUPER EXPERT, c’est le top, de longs monologues solitaires (SE:"un monologue est toujours solitaire", oui, ta gueule).

    Répondre
  2. jeje
    jeje dit :

    On pourrait inclure encore le super d’accord qui va pousser le super expert à se surpasser lol. Moi j’ai envie de poser une question qui pourrait : quels peuvent être les impacts et les contre impacts d’une discussion de super relou ? peut on penser qu’un super non non ou un super d’accord ont des effets qui peuvent s’annuler ? J’imagine encore ce face en face entre les 2 qui n’a aucun sens.
    SN : non franchement je suis pas d’accord.
    SD : tu as raison.
    SN : Ecoute, tu m’agaces car je ne peux pas avoir raison.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire