Il faut bien suivre le protocole

Super Proto (colère)
Le Super Proto évolue dans son habitat artificiel diurne de 9h00 à 13h00 puis de 14h00 à 17h00. On le reconnait facilement à sa chemisette à manches courtes, à la photo de ses neveux obèses qui trone de son coté climatisé du guichet et surtout à son arme toute puissante que seul lui maitrise, j’ai nommé le tampon encreur. Grace à son fidèle instrument, Super Proto a pouvoir de vie ou de mort sur le reste de l’humanité.

Pour avoir le loisir d’observer Super Proto de plus près, mieux vaut bouquiner tranquillement Guerre et Paix en langue originale et attendre que notre numéro, le 666, s’affiche au dessus de son comptoir. Mais voilà, on est curieux et on commence à observer Super Proto derrière sa forteresse inviolable.

Comme il n’a pas oublié d’être philosophe, Super Proto explique à sa collègue de droite, que le chemin le plus court entre deux points est la ligne sinusoïdale, ou à l’extrême rigueur, la ligne pointillée. La conversation est tellement électrisante qu’ils en oublient tous les deux d’appuyer sur le bouton qui transformera le 572 qui chapeaute leur comptoir en un glorieux 573.

Nous comprenons par les bribes de conversations qui nous reviennent que Super Proto n’aime pas qu’on l’agace avec des histoires de logique, de syllogisme, de bon sens ou de gain de temps. Il aime l’ordre, les règles, les formulaires, sa belle-soeur, son poisson rouge et son tampon.

48 minutes plus tard, alors qu’on commence à douter de notre réelle capacité à maîtriser les subtilités du russe et que les fourmis de nos pieds entreprennent d’attaquer nos genoux, le sacro-saint compteur digital affiche enfin le 666. Cette douce victoire nous sort de notre torpeur et un sourire triomphant nous déforme le visage. Avant même qu’on ait le temps de lui dire bonjour, Super Proto résout notre problème de rictus défigurant en nous faisant remarquer qu’il est 16h52 et qu’on a intérêt à être bref.

… On essaye alors de lui exposer notre requête en un nombre limité de mots simples, quitte à massacrer grammaire et syntaxe.

Moi « Moi avoir billets avion Sao Paulo / Paris avec escale Rio. Moi pas besoin premier trajet car moi déjà être à Rio. Possible pas prendre avion à Sao Paulo et monter directement dans deuxième avion Rio? »
Super Proto « C’est impossible, c’est un « no-show » et cela annulerait la deuxième partie de trajet.« 

Comme il dégaine son doigt crochu pour déclencher le numéro 667 et ouvrir une trappe secrète qui se dérobera sous nos pieds, on décide de faire appel à l’humain raisonnable qui réside quelque part au fond de Super Proto tout étouffé qu’il est par les anxiolitiques.

Moi « Monsieur, je comprends tout à fait le protocole et respecte humblement votre judicieuse vision de la situation mais voilà, il ne s’agirait pas d’un « no-show » car il nous suffit d’établir maintenant que je ne serai pas sur ce premier vol, et je n’y serai donc pas attendue. »
Super Proto « C’est impossible, c’est un « no-show ». »
Moi « Mon cher Monsieur, comprenez-vous qu’il me faudra donc prendre un avion de Rio à Sao Paulo afin de pouvoir embarquer à bord du Sao Paulo/Rio dont il est question. »
Super Proto « Vous comprenez c’que je vous dit, c’est un « no-show »« .

Super Proto essaye alors de s’attirer la compassion de sa voisine de droite susnommée en emettant un « pppffffff » de pneu qui se dégonfle et en levant les yeux vers son ciel de néon. Opération réussie : son acolyte me jette un regard réprobateur et écoeuré qu’elle souligne d’un pincement de lèvres saillant. Courageusement, je continue mon argumentation.

Moi « Monseigneur, il me semble que votre compagnie gagnerait à m’autoriser cette entorse au règlement car elle pourrait alors bénéficier de mon siège pour le vendre une deuxième fois à une tierce victime. »
Super Proto « no-show »
Moi « Maitre, serait-il possible de régler cette histoire directement avec le votre (de maitre) ?« 

Super Proto tente de me mettre les points sur les « i » avec une nouvelle évocation du « no-show ». Moi je m’apprête à lui mettre mon poing sur la gueule.

C’est alors quand sonnent 17h et que Super Proto se désintègre par un mystérieux processus de magie noire. Il s’en est certainement retourné à son habitat nocturne. Je ne peux qu’imaginer l’intérieur de son antre et les habitudes qui le régente. Super Proto boit certainement un verre d’eau juste avant d’aller uriner car c’est dans cet ordre précis qu’on fait les choses. D’abord on boit, ensuite, et seulement ensuite, on fait pipi. C’est impossible autrement. C’est le règlement de la nature.

J’espère que ce soir Super Proto va allumer sa télévision dans l’espoir de regarder Questions pour un Champion, mais que sa boite à images implosera et que pour lui ça sera un « no-show ».

3 réponses
  1. SUPER KINOU
    SUPER KINOU dit :

    Mince, je suis Super Crétine… j’avais oublié la règle qui disait que nos Super Heros ne peuvent pas être détestables. Disons donc que je ne suis pas rancunière et que j’ai de l’affection pour Super proto. Mouais.. allez.. disons..

  2. Célina
    Célina dit :

    Arf il est un peu détestable mais tellement absurde que finalement c’est bien un SUPER RELOU … D’ailleurs pour le coup celui-à est une vraie perle !!! Mais à quel moment dit-il BAH QUOI, j’ai pas suivi? LOL

  3. SUPER KINOU
    SUPER KINOU dit :

    THE SHOW MUST GO ON

    Pour les amoureux de la justice que ça interesse. Mon aventure s’est aujourd’hui soldée par une victoire écrasante des forces du bien contre Super Proto.
    J’ai téléphoné à la compagnie aérienne et suis tombée sur une sympatique brésilienne qui m’a mise en attente quelques courtes minutes. Les violons slaves qui meublaient mon attente et s’accordaient aux battements ralentis de mon coeur n’étaient pas sans rappeler ma lecture Tolstoienne. Et alors que le pessimisme me gagnait, la jeune femme à l’accent chantant me reprend et m’indique qu’il n’y a pas de problème et que mon premier vol a été annulé.
    Prends ça dans ta tête Super Proto.

Les commentaires sont fermés.