Tu es ici chez toi… mets toi à l’aise.

Eh oui, quand vous savez recevoir, vous ne manquez pas de mettre à l’aise vos convives. Ce qui vous intéresse c’est avant tout de passer un bon moment entre amis. Par contre, c’est vraiment le genre de petite phrase à éviter surtout quand on est en contact avec un super incruste. Encore faut il en connaitre un. Personnellement, je n’en connais pas mais imaginons la rencontre et le reste. Cela pourrait se dérouler comme ca.

Cela peut commencer dans la rue, au détour d’un chemin, vous tombez nez à nez avec une vieille connaissance que vous n’avez pas vu depuis des lustres. Ca fait tellement longtemps que vous ne le reconnaissez pas, mais lui, si, et n’hésite pas à se manifester.

– Oh, c’est pas vrai bon sang, ca me fait plaisir. Tu te souviens de moi ?
– Hmm, on se connait ?
– C’est pas croyable ! T’as pas changé !
– Maintenant que j’y pense, tu me rappelles vaguement quelqu’un.

Ce quelqu’un est une vieille connaissance de fac. Vous n’aviez jamais gardé contact car cela n’était pas utile. Vous vous retrouvez rapidement embarqué dans une conversation à sens unique. Les joies des retrouvailles n’étant pas franchement partagées. Vous intégrez la conversation pour vous donner bonne conscience et ne pas passer pour un sauvage. De toute façon cette personne ne vous fait pas de mal bien au contraire. Elle s’intéresse à vous.

Alors ! Qu’est ce que tu deviens ?…. Tu super bien fringué, tu rentres du boulot !!! Ah ouais t’es ingénieur…. Wow la classe. Je parie que ca paye bien … Oh allez … Et les filles, ca marche ?… Ah c’est sur, on ne peut pas être sur tous les plans, ce qui t’intéresse, c’est plus ta carrière. Mais dis moi avec la thune que tu te fais, tu dois avoir une super baraque. Et t’es tout seul pour l’occuper en plus !!!

Arrive le moment, où vous vous décidez à vous intéresser un peu à lui, histoire d’équilibrer la conversation (du donnant – donnant en quelque sorte).

– On parle beaucoup de moi mais tu ne me dis pas ce que tu es devenu
– Oh tu sais, je me sens un peu honteux vis-à -vis de toi qui a fait ce parcours sans faute.

Vous êtes sur la lancée et vous insistez.

Ok, je te raconte. Moi, je galère à vrai dire. Je suis resté longtemps au chômage, difficile de se relancer dans cette mauvaise passe. Alors je fais des petits boulots par ci, par là , histoire de gagner un peu ma vie. Ca ne suffit pas malheureusement. Là j’habite chez un pote qui me dépanne un peu. Ca se passe pas trop mal … eh ouais !! (soupir). Bon dis moi, j’étais ravi de te revoir, je vais pas t’embêter plus longtemps. Faudrait au moins que tu me files ton numéro histoire de.

Vous lui donnez. De toute façon, vous savez qu’on vous rappelle rarement dans ce genre de situation. Et oui, vous n’êtes pas la super bombasse du quartier. Vous ne prenez pour ainsi dire aucun risque. Vous vous séparez et la vie reprend son cours.

—- Quelques jours plus tard, alors que vous vous adonnez à votre passe temps préféré indoor. Quelqu’un sonne à la porte. Vous ouvrez.

– Qu’est ce que tu viens faire ici ?
– Et oui ! Oh tu sais ca m’a ravivé des souvenirs l’autre soir quand je t’ai rencontré. Je me suis dis ca serait dommage de pas pouvoir reconstruire une relation d’amitié et tout le toutim. Voilà quoi.
– Mais comment tu m’as retrouvé ?
– Oh tu sais que le bottin fait des merveilles. Je trouvais ca trop informel de prendre contact par tel, je me suis déplacé. C’est plus sympa … ca va toi sinon ?
– …
– Je dérange ?
– …
– Oh tu ne vas pas me croire ce qu’il m’est arrivé. Mon pote là , il s’est retrouvé dans une histoire pas possible. Une histoire de meurtre dans sa famille et ses parents sont impliqués. On soupçonne même son arrière grand-mère. Non mais tu te rends compte. Une histoire de fou ca… Incroyable.

Difficile de dire si super incruste est réellement super naïf mais au moins ca à le mérite de troubler la vigilance de ces cibles.

– Oui et ?
– Alors du coup, il a du lâché son appartement pour aider sa famille a du couvrir certains frais d’avocats. Tu vois le genre. Je me retrouve donc à la rue. Alors, tu vois, je me suis dis et te connaissant, t’es vraiment super sympa en plus, je me disais simplement si tu pouvais pas m’héberger juste une nuit ou deux, histoire que je puisse trouver une solution.

Vous hésitez et puis super incruste avec son air abattu et suppliant (vous vous rappelez le chat potté dans shrek c’est pareil) arrive à vous décider. Vous faites votre bonne action.

– Ok va pour une nuit ou 2 mais pas plus. Je veux absolument que tu te trouves un autre endroit pour crécher d’ici ces 2 jours.
– Oh tu sais que je t’adore toi. T’es un amour, mec… ca vraiment, j’en parlerai autour de moi. Car tu vois les gars comme toi, bah on en trouve pas partout.
– Non, c’est bon tu peux t’abstenir.

Vous le regrettez déjà très vite car super incruste est également super prévoyant et a ramené toutes ses affaires avec lui. Vous êtes très déconcerté par cet opportuniste. En général, super incruste ne loupe aucune occasion de se faire inviter.

– Bon je m’installe où ?
– Euh…
– Wow, l’a l’air sympa cette piaule… je vais me mettre, ici, tiens.

Vous mettez un peu de temps à réagir et vous lui répondez d’un air agacé :

– Ca, c’est mon antre, interdiction de rentrer.
– Oh, aller, t’es pas cool comme gars, t’es déjà pas très accueillant et en plus faut que tu fasses le rabat joie…. Wow cool, une télé plasma dans ta chambre. De la bombe, ca. Yeaaah.

Vous vous résignez finalement à abandonner une partie de votre confort en vous rappellant que la situation est temporaire. Vous vous mettez dans une autre pièce que vous réaménagez en camp de fortune.

Ces 2 jours passent péniblement. Vous êtes étonné par le manque de gêne de super incruste et par sa capacité à envahir toute la piaule. Vous vous faites le parallèle avec les chiens et vous vous dites que c’est certainement une façon de marquer son territoire. Vous êtes relativement troublé par ce genre de situation. Vous n’arrivez pas à ajuster les bonnes réactions au bon moment mais vous sentez une colère monter irrémédiablement en vous.

Le 3ème jour, malgré tous vos efforts pour le faire partir. super incruste arrive toujours à vous faire culpabiliser et n’arrivez finalement pas à vous en séparer. Voilà une situation qui risque de perdurer. Vous n’en pouvez plus, vous être au bout du rouleau. Vous n’avez plus aucun contrôle et vous n’êtes plus le maitre à bord. Votre rage grandit mais toujours intérieurement.

Cette super contenance vous a fait défaut toute votre vie. Vous en voulez quoiqu’il arrive de n’avoir pas les capacités de le jeter littéralement dehors. Il arrive bien ce jour ou plutôt cette nuit où super incruste dérape.

Vous dormez mais pas de ce sommeil tranquille. Votre lit improvisé n’est pas confortable et vous avez des soucis. On se demande pourquoi tiens ! Vous vous retournez sans cesse pour adopter la position qui sera plus propice pour vous accompagner dans le monde des rêves. Vous êtes gêné par un petit bruit sourd que vous n’êtes pas capable d’identifier. Cela fait bien un petit moment que cela dure et vous savez que tant que vous n’en déterminerez pas l’origine, le sommeil sera difficile. Vous vous redressez en sursaut et stupeur!! : super incruste est tranquillement installé sur une chaise et vous observe.

– Dis, il te reste encore des haagen daas macadomia. Je viens de terminer le dernier pot ?

…Silence…Vous avez du mal à trouver vos mots :

– Qu’est ce que tu fous là bordel ?
– Je me suis dis plutôt que de regarder histoires naturelles sur la une, c’est plus intéressant de voir une bestiole en live. J’ai préféré le super pote en nage à la biche en rut.

… (vous ne dîtes rien et votre fureur grandit en vous)

– Oh fait attention, t’as le petit bout qui dépasse là . C’est marrant, j’ai vu dans un reportage, à la télé, il y’a pas longtemps ou on parlait des érections matinales. Ayé la machine est en marche, on bande dur… héhé….
– DEHOOOORRRRRS
– Oh t’énerves pas comme cela, fais pas le relou. T’es super susceptible.
– TU PRENDS TES AFFAIRES ET TU TE CASSES. JE VEUX PLUS TE VOIR.
– Ok, ok mais tu laisses à pauvre malheureux à la rue…
– JE M’ENFICHE. TIRE TOI.

Dur de se débarrasser de super incruste mais quand le moment arrive. La joie est immense et la satisfaction est totale. Un grand soupir de soulagement.

4 réponses
  1. super cécé
    super cécé dit :

    Ouep bien souvent les super incruste sont aussi super la taxe, voire super la loose et même super déprime!!! De quoi nous concocter un bel HYPER RELOU … Vous me suivez? Pour celles et ceux qui ne suivent pas encore, sachez qu’après les Super relous viennent les Hyper relous, sorte de croisement génétique foireux entre deux super relous … de quoi bien souler tout le monde. LOL

  2. SUPER KINOU
    SUPER KINOU dit :

    Moi, j’en connais des HYPRA et des ULTRA. J’ai meme un ou deux MEGA en reserve. Tiens d’ailleurs, j’echange un ULTRA POT DE COLLE contre deux SUPER N’IMPORTE QUOI. Des preneurs ou faut aller dans la section "Foire aux relous" du blog ?

  3. SUPER CECE
    SUPER CECE dit :

    Ah tiens quelle bonne idée : la foire aux super relous!! "tiens je t’échange mon super la loose contre deux super bavards, ce sera toujours moins déprimant …"
    En renvanche je n’avais pas pensé aux ULTRA, apres les SUPER et les HYPER, les ULTRA. Y a-t-il selon vous des SUPER RELOUS light? lol

  4. letty
    letty dit :

    Je suis super contente que tu sois passée sur mon blog, super Cécé, car ça m’a permise de découvrir ton super blog !! Si ça t"embète pas, je te rajoute dans mes liens, je trouve que t’as un super style d’écriture et un sacré humour (j’peux pas dire super tout le temps, ça va faire super relou!!) A très bientôt !

Les commentaires sont fermés.