Le crime de l’Orient-Express revisité

Nuisance sonore et peine de mort

Dans un wagon de TGV, les guibolles coincées contre la tablette et la tête stratégiquement calée entre mon poing et la fenetre tremblottante, je suis sur le point de me laisser prendre dans les filets de Morphée. Le wagon est presque plein mais calme. Pas de poupons braillants, pas de discussions téléphoniques intempestives, pas de troupeaux d’adolescentes ni d’équipe de rugby. Ahhh.. dodo, l’enfant do.

Entrent alors en scène, Super J’Abuse, et son narcissisme qui remplit tout le wagon.


Super J’Abuse discute avec son accolyte à un niveau sonore franchement indécent. Une dizaine de tête se retournent pour lui faire gentiment sentir que sa conversation n’intéresse personne. Mais Super J’Abuse continue le récit de sa pitoyable journée à 72 db.

ET LA, J’LUI DIS…ET Y’M’DIT…ALORS J’LUI DIS.. ET Y’ME REPOND…

Pour vous donner une idée :

  • une conversation normale: 20 à 50 dB;
  • une discussion animée: 50 à 65 dB;
  • le passage d’un train: 65 à 90 dB;
  • un bruit devient douloureux à l’oreille à partir de 120 décibels
  • au dessus de 160 décibels on peut parler de sons destructeurs!

Mais il me semble que tout est question d’environnement. J’estime qu’un 72db, passé à la moulinette d’un Super J’Abuse et additionné de deux nuits blanches pour qui le subit, vaut bien un 120db. Autrement dit, une réelle douleur, une souffrance.

Le wagon entier soupire de soulagement lorsque l’interlocuteur de Super J’Abuse se replie derrière un journal.
Je profite de ce nouvel équilibre sonore précaire pour retenter l’endormissement. Les yeux me piquent, le marchand de sable vient de me jetter une première poignée, la victoire est proche.

Mais Super J’Abuse décide de lire une histoire à son rejeton. Ohhh, comme c’est touchant pensez-vous, mais NON ! a 72 db ça n’est pas touchant, c’est révoltant.

UNE BONNE VIEILLE ETAIT SEULE A FILER SA QUENOUILLE. CETTE BONNE FEMME N’AVAIT POINT OUI DES DEFENSES QUE LE ROI AVAIT FAITES DE FILER AU FUSEAU. QUE FAITES-VOUS MA BONNE FEMME? DIT LA PRINCESSE. JE FILE MA BELLE ENFANT. LUI REPONDIT LA VIEILLE QUI NE LA CONNAISSAIT PAS. AH! QUE CELA EST JOLI…

Non, mais je rêve.. en plus c’est la belle au bois dormant qu’elle lui hurle à son môme. Quel cauchemard, moi qui ne rêve que de dormir.

…LE ROI ORDONNA QU’ON LA LAISSAT DORMIR EN REPOS JUSQU’A CE QUE SON HEURE DE SE REVEILLER FUT VENUE…

Prends-en de la graine Super J’Abuse, le roi ordonne qu’on laisse dormir la dame.

…ILS VECURENT HEUREUX ET EURENT BEAUCOUP D’ENFANTS…

Ca y est, enfin ! Super J’Abuse va potentiellement fermer sa grande gueule. Tous les gens du wagon, desormais solidaires, se jettent des regards pleins d’espoir. Elle a saoulé son ami, endormi son môme et a moins qu’elle ne se parle toute seule, on devrait être tranquilles.
Mais non, trop facile.

LACUCARACHA, LACUCARACHA

C’est quoi ce bordel ?

LACUCARACHA, LACUCARACHA

C’est pas possible ! Y’a un relou qui a choisi la cucaracha comme sonnerie de portable. On fait difficilement plus pénible. Je suis les regards outrés de mes camarades de train et découvre qu’il s’agit du portable de Super J’Abuse. J’aurai du m’en douter.

OUAIS SALUT. NON TU ME DÉRANGES PAS. JE SUIS DANS LE TRAIN. C’EST LONG. BLA. BLA. BLA.

Plusieurs personnes lui indique que pour téléphoner il faut sortir du wagon. Super J’Abuse répond « Bah pourquoi ? » et continue tranquillement sa conversation. Evidemment, les 72 db sont montés à 84 db car comme chacun le sait, il faut parler plus fort dans les téléphones et aux étrangers. Alors, pour peu qu’elle soit en train de parler à un étranger au téléphone… les 84 db sont largement justifiés.

Comble de l’abus, c’est le reste du train qui sort presque entièrement du wagon pour trouver un peu de paix au bar. Vite, une coalition se forme, un plan s’échafaude et une arme est choisie. Tout le monde s’en retourne a son fauteuil.

Le train passe un tunnel. Noir. FLASH métallique. Noir. FLASH métallique.

Le wagon est rouge, poisseux et enfin silencieux.

Super J’Abuse a péri par la main de chacune de ses victimes, un total de 72 coups de couteau. Un pour chaque décibel enduré.

Je m’endors enfin sereinement. ZZZZZZzzzzzz.

Ps: si un prince charmant passe par là et tente de me réveiller, c’est a ses risques et périls. Prévenez-le car je suis encore en mode plantage de canif dans le gras du bide et on est jamais trop prudent.

1 réponse

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire